D’où souffle le vent d’Est

Informations artistiques et vidéos ci-dessous

Informations artistiques et vidéos ci-dessous

SAMEDI 24 JUILLET 21H    HALLE DE COLOGNE : RESERVER

DIMANCHE 25 JUILLET 19H    HALLE DE LOMBEZ : RESERVER

MARDI 27 JUILLET 21H – MAUVEZIN : RESERVER

MERCREDI 28 JUILLET 21H – LA ROMIEU/JARDINS DE COURSIANA
RESERVER

JEUDI 29 JUILLET 19H  – FLAMARENS : RESERVER

Vent de renouveau sur le monde romantique : de tout jeunes compositeurs d’Europe centrale allient la grâce des temps anciens à l’élan vers l’avenir ! Ici, tout a été écrit entre 18 et 25 ans.

Les musiciens sont de jeunes artistes diplômés du Conservatoire National Supérieur de Paris, de la Haute Ecole de Musique de Lausanne, ils sont lauréats de concours internationaux.  

Trois chorégraphies de la danseuse gersoise Vaena Bercy qui se perfectionne actuellement à Toulouse auprès de différents maîtres en classique,  contemporain et jazz.

AU PROGRAMME

SCHUBERT   R. STRAUSS   ENESCO   DOHNANYI  
KODALY    Gidéon KLEIN   BORODINE

Extrait du programme qui sera joué
Notre jeune danseuse

Le violoniste à l’origine de ce projet

PARCOURS DES ARTISTES

Vaena Bercy commence à danser à 4 ans en région parisienne, puis entre à 9 ans à l’école de danse de Lectoure fondée par Camille Fitan.  Elle s’y forme auprès d’elle jusqu’à ce qu’elle intègre en 2019 le lycée Saint-Sernin de Toulouse pour suivre une spécialité Danse. Son professeur est Yonnel Daveloose, ex-danseur de l’Opéra de Paris puis du Capitole. Parallèlement, elle prend des cours de contemporain et de jazz Centre chorégraphique Sandra Marrassé à Toulouse avec Marie Élisabeth Wachter, ainsi qu’au centre James Carlès, avec les professeurs Antoine Lecouteux et Karine Gout.  Le week-end elle complète sa formation au conservatoire d’Agen, avec Evelyne Dubernard en classique et Noémie Deborde en contemporain. Pour se parfaire, elle fait également régulièrement des stages dans lesquels elle travaille d’autres styles : (street jazz, talons, gaga…).

François Pineau-Benois commence ses études de violon à l’âge de quatre ans, est admis au Conservatoire National Supérieur de Paris 10 ans après. Il y obtient son Master en interprétation du violon en 2014 à l’âge de 19 ans. Il poursuit par un Master en musique de chambre obtenu en 2017, tout en continuant à se perfectionner à l’Ecole Normale de Musique de Paris auprès de Régis Pasquier.

Prix Pro Musicis à l’unanimité (2019), 1er Prix du Concours International Alexandre Glazounov (2017), lauréat de la Fondation Banque Populaire à l’unanimité (2017), , Prix de Ciboure de l’Académie Ravel (2015), Prix « Young Artist Award » du concours international Léopold Mozart (2013), Prix « Musiciens entre deux guerres » de l’Académie Ravel (2013), Prix du concours Vatelot-Rampal (2006).

Suivi par un public croissant en France et en Russie, il est invité à jouer par de nombreux partenaires en duo, trio, sextuor et en soliste avec l’orchestre du Festival de Jerusalem (15 concerts), l’orchestre de l’Opéra de Massy (3 concerts), l’orchestre Taurida du festival des Palais de Saint-Petersbourg (4 concerts), l’Orchestre d’Irkoutsk, de Penza, d’Arkhangelsk ou l’Orchestre National de Chambre de Biélorussie (dir. Evgeny Bushkov).

François Pineau-Benois joue le violon historique de Lucien Durosoir « Le Genève » emporté sur le Front de guerre 1914-18,  grâcieusement prêté par l’association Musiciens entre Guerre et Paix.

Page internet

Antonin Le Faure, altiste formé au CNSM de Paris dans la classe de Pierre-Henri, est repéré comme l’un des talents d’aujourd’hui. 1er Prix Jeunes Solistes de la Sorbonne et lauréat en résidence au Conservatoire Américain de Fontainebleau, lauréat de la Fondation Meyer ainsi que la Bourse Berthier de l’Association des Membres dans l’Ordre des Palmes Académiques, il remporte le Grand Prix CIC-Michel Lucas.Curieux.

Il se produit au Festival Messiaen de La Meije, au Festival “Soirées Romantiques” du Domaine du Rayol et est lauréat en résidence au Festival Encuentro de Santander (Espagne) en 2018 avec Nobuko Imai puis en 2019 avec Miguel Da Silva. Il est un résident régulier du Festival de Calenzana en Corse où par ailleurs il est directeur artistique depuis 2019 du Festival Corde è Anima dans le Cap.

Fier défenseur de l’alto, notamment dans le répertoire contemporain auquel il se passionne très tôt, il a la chance de se former au contact et sous la direction de nombreux compositeurs tels que Kaija Saariaho, Olga Neuwirth, Klaus Huber, Philippe Hersant, Helmut Lachenmann et est invité au sein de l’Académie du Festival de Lucerne de 2014 à 2016 créée par Pierre Boulez où il collabore avec l’Ensemble Intercontemporain et les chefs d’orchestre Sir Simon Rattle, Matthias Pintscher, Alan Gilbert, Susanna Mälkki, Pablo Heras-Casado.

Tiphaine Lucas commence le violoncelle à l’âge de cinq ans. Elle étudie aux conservatoires de Chartres puis d’Angers avec Claude Zanotti. En 2017, elle est lauréate du concours de soliste du Conservatoire à rayonnement régional d’Angers, puis obtient son Diplôme d’Études Musicale en 2018. La même année, elle est admise dans la classe de Xavier Phillips à la Haute École de Musique de Lausanne (HEMU). Elle se produit lors de la saison musicale de l’institution en musique de chambre et au sein de son orchestre. Depuis 2019, elle participe aux concerts du Pulsion Winter festival (festival de musique de chambre dans le canton du Valais), dont elle dirige l’organisation en tant que présidente de l’association de la Haute École de Musique (Valais). 

Elle se perfectionne au cours des années en suivant les masterclasses de grands maîtres du violoncelle tels que Marc Coppey, Alexandre Castro-Balbi, Stefan Popov, Jean-Guilhen Queyras ou encore Victor Julien-Laferrière à l’occasion de masterclasses. Depuis le début de la pandémie, elle continue néanmoins à jouer régulièrement dans des cadres privés en Suisse et en France (Fondations, événements familiaux, Relais et Châteaux…), avec toujours autant de joie et de plaisir partagés.